VINCENT LÊ QUANG

Jazz au Balzac : une carte blanche à Vincent Lê Quang

"Nous entrons dans l'avenir à reculons" disait Paul Valéry. Le Jazz pourrait bien reprendre à son compte la formule tant aujourd'hui ses grandes figures se révèlent avant-gardistes tout autant que relais d'une tradition qui s'invente. Quand le Balzac m'a proposé cette carte blanche, et cette opportunité unique de réunir des musiciens qui viendraient sur scène éclairer de leurs notes et de leurs mots des archives du Jazz —films, concerts filmés, interviews— c'est cette image qui m'est apparue, celle du regard lancé vers le passé et qui nourrit le bel aujourd'hui.

Puisse cette programmation, fruit d'un butinage amoureux et de mes amitiés musicales, traduire ce flux intergénérationnel qui fait la vie du Jazz, ici et maintenant.

Vincent Lê Quang

12 février 2016 à 20h30

Le film : Daniel Humair special show (1961)

Dans le studio d'enregistrement où il prépare son prochain disque avec ses musiciens, le batteur Daniel Humair accueille les caméras de Jean Christophe Averty et s'entretient avec le présentateur Raymond Mouly.

Avec Jean-Louis Chautemps (saxophone), Louis Fuentes (trombone), Sonny Grey (trompette), Guy Pedersen (contrebasse), Eddy Louiss (piano) Henri Renaud (piano), Jackie McLean (saxophone), René Urtreger (piano), Guy Pedersen (contrebasse).

Sur scène : Trio de Daniel Humair

Pilier du Jazz moderne en Europe, Daniel Humair est de ces artistes toujours à l'affût, menant une carrière aux côtés des géants du Jazz tout comme de jeunes musiciens qu'il sait prendre sous son aile. En ouvrant ce cycle de concerts de Jazz au cinéma le Balzac, il nous démontre combien le Jazz, musique de partage, intergénérationnelle, continue d'aller de l'avant.

18 mars 2016 à 20h30

Le film : Jan Garbarek Trio : live au parc floral (1973)

Le trio du saxophoniste norvégien Jan Garbarek filmé au parc floral de Paris, avec Edward Vesala à la batterie et Arild Andersen à la contrebasse enchaine plusieurs thèmes (Rim, Escalator et Bruremarsj).

Sur scène : Quartet de Vincent Lê Quang

Plainte d'un Orient rêvé, harmonies Mitteleuropa, swing d'une Amérique choisie : si le jazz est métissage, il résonne ici des improbables accents qui baignent l'univers du compositeur et saxophoniste Vincent Lê Quang. Mais bien loin d'une série de cartes postales venues de rivages morts, c'est à un tout empreint de mystère que nous sommes conviés, musique intérieure, de l'Espace du dedans, dirait Michaux, qui cherche dans les sonorités d'une formation classique et presque académique, l'éternelle nouveauté de l'émotion.

8 avril à 20h30

Le film : Duke Ellington et son orchestre à la salle Pleyel (1958)

Duke Ellington et son orchestre interprètent : Such Sweet Thunder, Caravan avec John Sanders au trombone, Jimmy Hamilton à la clarinette, Clark Terry à la trompette. Newport up avec Jimmy Hamilton à la clarinette, Clark Terry à la trompette, Paul Gonsalves au saxo. Monte Carlo blue avec Johnny Hodges au saxo et le chanteur Ozzie Bailey, El gato de Cat Anderson avec les trompettistes Nelson Williams, Clark Terry, Ray Nance et Shorty Baker, Take the A train avec Ray Nance puis avec Paul Gonsalves au saxo.

Sur scène : Ellington small band

De jeunes musiciens, frais émoulus du Conservatoire de Paris (CNSMDP) viennent jouer des pièces que nous ne connaissons que par des enregistrements qui soufflent et qui craquent ! Fruit d'un travail d'archéologie sonore, leur concert nous plonge avec délice dans la musique du "petit" orchestre de Duke Ellingon d'avant 1930. C'est donc une musique live... antérieure au resource d'archives !

27 mai 2016 à 20h30

Le film : Appunti per un film sul Jazz - Vii Festival Internazionale di Bologna (Gianni Amico, 1965)

Caméra à l'épaule, Amico suit à la trace ces géants du Jazz libre lors du festival de Bologne en 1965. Avec Aldo Romano, Jean-François Jenny-Clark, Steve Lacy, Don Cherry, Mal Waldron...

Sur scène : Trio d'Aldo Romano

Aldo Romano, en compagnie de son vieux complice le contrebassiste Henri Texier, présente un nouveau trio pour lequel il a été chercher un saxophoniste comme il les aime, brûlant, Vincent Lê Quang. Un disque de ce trio est sorti tout comme le livre autobiographique du célèbre batteur compositeur.

17 juin à 20h30

Le film : Lady Billie Holiday (Frédéric Rossif et François Chalais, 1960) et deux chansons (Music Hall parade) enregistrées en 1958 à l'Olympia

Sur scène : Derniers souffles pour Billie : un hommage à Billie Holiday

Alors que l'on vient de fêter le centenaire de sa naissance, et que partout dans le monde les accents du blues qu'elle a rendus populaires irriguent tous styles de musiques, Billie Holiday demeure dans l'ombre d'un destin que tout vouait au désespoir. On sait les tourments amoureux, l'horreur de la ségrégation, l'esclavage de la drogue et de l'alcool, et pourtant, au rebours, l'envol de cette voix, le frisson d'une plainte désarmant le silence.

Dans un canevas de chansons qu'elle a immortalisées et de compositions de Vincent Lê Quang qui lui sont dédiées, les musiciens rendront hommage à l'immense chanteuse, cherchant dans les souffles et le bois des instruments l'évocation de cette voix absente.